Un travailleur étranger pourrait demander à un futur employeur, lors d’une entrevue de sélection, si sa famille pourra l’accompagner au Canada. La réponse est plus complexe qu’il n’y parait, comme c’est souvent le cas en immigration.

En gros, cela va dépendre du programme d’immigration utilisé pour faire venir le travailleur au Québec.

Dans le cas du Programme des travailleurs étrangers temporaires, il faut d’abord déterminer le code de la Classification Nationale des Professions (CNP) du travailleur qui sera embauché.

Époux/se ou conjoint(e) de fait

Si la profession est de niveau 0, A ou B, c’est-à-dire lorsqu’une qu’une formation de niveau collégial/Cégep ou universitaire est habituellement nécessaire, alors l’époux/se ou conjoint(e) de fait aura le droit de soumettre une demande de permis de travail ouvert.

Si la profession est de niveau C ou D, c’est-à-dire lorsqu’une formation de niveau secondaire ou une formation en milieu de travail est suffisante, alors l’époux/se ou conjoint(e) de fait n’aura pas le droit de soumettre une demande de permis de travail ouvert. Toutefois, il ou elle pourrait accompagner le travailleur au Canada en tant que visiteur.

Enfants

Les enfants mineurs des travailleurs étrangers temporaires au Québec ont le droit de fréquenter l’école publique maternelle, primaire ou secondaire, sans frais supplémentaires pour étudiant international. Pour les enfants à charge (22 ans et moins) qui sont rendus au niveau collégial ou universitaires, ils devraient pouvoir fréquenter un Cégep ou une université et ne payer que les droits équivalents à ceux des Québécois.

 

Attention! Ce texte ayant pour but de présenter de façon générale et résumée les règles d’immigration, des exceptions ou exemptions pourraient s’appliquer selon le cas.

 

À venir : La famille du travailleur étranger utilisant le programme Expérience Internationale Canada.