L’humour est une forme d’expression difficilement exportable;  néamoins, ces humoristes ont réussi à le manier de façon très habile, en utilisant les différences culturelles comme point de départ de leur réflexion: essayez d’en capter l’essence et d’en décoder les différentes significations!

sugar sammy

Sugar Sammy

Le premier exemple est celui de Sugar Sammy. Cet humoriste québécois a été élevé dans un quartier multiethnique de Montréal, par des parents d’origine indienne. Il aborde les questions culturelles sans gêne ni tabous, que ce soit pour rire de lui-même ou bien se moquer des stéréotypes associés à d’autres communautés culturelles. Dans cet extrait, il s’adresse tout particulièrement à des spectateurs qui lui paraissent «Arabes» :

La deuxième vidéo (ou plutôt, extrait sonore) nous fait remonter dans le temps avec Yvon Deschamps, humoriste désormais célèbre dans la province depuis plus de 40 ans. Comme dans beaucoup des monologues qui remontent au début de sa carrière, il s’y présente comme un Québécois plutôt naïf, et c’est ce qui va lui permettre de présenter sa vision des Noirs dans les années 1960. S’intitulant Nigger Black, le texte aborde le sujet du racisme, sous l’oeil d’un jeune qui cotoie des personnes à la peau foncée, et qui s’aperçoit qu’elles sont finalement comme tout le monde!

Attention, l’accent québécois y est très fort, je vous défie de tout comprendre ce qui se dit! Pour vous aider, voici la transcription de quelques phrases:

« Nous autres, on n’avait sur notre rue, là ; y restaient dans les mêmes maisons que nous autres, y’allaient dans les mêmes écoles. Eille, même nous autres on n’avait, là, c’tait des Nègres canayens français. Y n’avait un dans ma classe qui s’appelait Robert. Heille, moé j’avais jamais vu ça un Nègre qui s’appelait Robert ! »

(Veuillez noter que le mot nègre dans ce contexte n’est utilisé qu’à des fins descriptives par l’enfant: il ne reproduit que ce qu’il a entendu dans son entourage.)

Comme dernier extrait, j’ai choisi la vidéo d’un humoriste canadien, Peter Russels, où il nous explique comment devenir citoyen canadien. La présentation est en anglais seulement, mais les gags sont si bons qu’ils en valent la peine! Son imitation de l’accent de ses parents est tout particulièrement résussie!

Il existe plusieurs autres bons humoristes qui explorent le sujet des différences culturelles, dont plusieurs sont eux-mêmes issus de communautés culturelles variées. Je vous invite à voir, entre autres, Anthony Kavanagh, Rachid Badoury, Eddy King et Gad Elmaleh, dont l’imitation de l’accent québécois est tout à fait hilarant!

Bon divertissement!