Qu’est-ce qu’un maudit Français?

Selon Wikipedia, c’est « une expression québécoise qui, selon son contexte d’utilisation, peut être considérée comme une injure ou comme une plaisanterie affectueuse, dite sans méchanceté. »

À l’origine, l’expression désigne un Français qui adopte une attitude arrogante, méprisante et condescendante envers les Québécois, ne pouvant s’empêcher de comparer le Québec avec la France et considérant tout ce qui vient de son pays comme supérieur.

Pour sa part, le journaliste d’origine française Philippe Renault présente dans son guide S’installer à Montréal (Éditions Héliopoles, 2014) les faux-pas à éviter afin de ne pas être considéré comme un maudit Français:

  • Saisir les règles du jeu au bureau

Les rapports humains; les conditions de travail; la hiérarchie 

« Au Québec, un Français sera frappé par le peu de semaines de vacances, par la pause lunch très courte et, surtout, par le rapport aux autres. Les Français ont l’habitude de saluer tous leurs collègues matin et soir, alors qu’ici, on ne le fait qu’à la première journée de travail. […] En France, poursuit-il, le modèle de travail très hiérarchique fait en sorte qu’on parle rarement aux supérieurs, et qu’«on ne les tutoie jamais». Ici, le tutoiement est répandu, et la communication avec les patrons se fait plus facilement. »

  • Éviter les comparaisons

Culture, actualité et langue

« […] trop de Français négligent de bien préparer leur arrivée. Il faut, selon lui, lire et écouter les médias québécois, s’intéresser à la politique et à l’histoire d’ici, comprendre les règles de base du hockey… «Ça semble anodin, mais ces efforts feront toute la différence. Au cours d’une conversation, les Québécois sentiront que les nouveaux venus sont intéressés à leur culture», croit-il. »

  • Aller au-delà du Plateau

Relations avec les locaux vs ghettos

« les Français ont fait du Plateau-Mont-Royal [Montréal] leur arrondissement de prédilection. Environ 28 % d’entre eux choisissent ce quartier […] Ceux qui choisissent ce  quartier regrettent parfois de ne pas rencontrer suffisamment de Québécois »

fredfresh tropde francais

  • Ne pas (trop) se plaindre de l’hiver

La modération a bien meilleur goût

« L’important, selon lui, c’est de ne pas passer trop de temps à se plaindre de l’hiver, car cela alimente l’image hautaine des Français. «Il n’est pas interdit de se plaindre un peu, nuance-t-il, car même les Montréalais n’aiment pas vraiment l’hiver et le subissent en chialant! »

 

Propos de Philippe Renault, recueillis par Daphnée Hacker-B du journal Metro. Pour l’article complet, cliquez sur le lien suivant: Guide pour éviter d’être un «maudit Français»

Guide metro maudit francais

Tableau résumant les conseils pour éviter de passer pour un maudit Français

FRANÇAIS QUÉBÉCOIS
Rapports humains au travail Salutations quotidiennes importantes Focus sur les tâches à accomplir, peu de temps consacré à connaître personnellement ses collègues
Flirt toléré dans une certaine mesure Flirt évité car peut être interprété comme du harcelement sexuel
Hiérarchie rigide, vouvoiement de rigueur Accès au supérieur plus facile
Comparaisons En France, XYZ est mieux. (à proscrire) Ici et maintenant
Aller au-delà Éviter de ne fréquenter que des compatriotes, s’intéresser au Québec et aux Québécois Premier abord amical, mais entrée dans la vie privée restreinte
L’hiver Ne pas se plaindre de façon exagérée, l’hiver faisant aussi partie de l’identité québécoise Droit acquis illimité de se plaindre contre l’hiver