Voir la partie 1 de 3

Découvrez les secteurs d’emploi en croissance en Estrie face aux caractéristiques des chercheurs d’emploi estriens!

Concernant la création de 5 000 nouveaux emplois d’ici 2019 en Estrie1, voici les domaines qui auront besoin du plus de travailleurs :

  • Fabrication de machines;
  • Soins de santé;
  • Fabrication d’aliments et de boissons;
  • Fabrication de meubles et de produits connexes;
  • Information, culture et loisirs;
  • Services aux particuliers (coiffure et réparation automobile, par exemple)
  • Services professionnels, scientifiques et techniques

D’ici 2019, presque 300 professions auront des perspectives acceptables ou favorables en Estrie. La majorité d’entre elles exigeront d’avoir un diplôme d’études professionnelles, collégiales ou universitaires.

Voici quelques exemples de professions ayant de l’avenir en Estrie, basé sur les chiffres de 2014.2

L’Estrie aura besoin notamment :

  • d’éducateur(trice)s et aides-éducateur(trice)s de la petite enfance
  • d’infirmier(ère)s autorisé(e)s
  • de directeur(trice)s de commerce de détail et de gros
  • de machinistes et vérificateur(trice)s d’usinage et d’outillage
  • de vérificateurs(trices) et comptables
  • de mécanicien(ne)s de chantier et industriel(le)s
  • d’agent(e)s financiers
  • de représentant(e)s au service à la clientèle dans les institutions financières
  • de programmeur(e)s et développeur(e)s en médias interactifs
  • de directeur(trice)s de la fabrication
  • de technicien(ne)s de réseau informatique
  • Et beaucoup d’autres…

Tout cela alors que l’Estrie connaîtra son taux de chômage le plus bas depuis qu’Emploi-Québec collecte des données, estimé à 5,7 % pour 2019. Lorsqu’on ajoute à cela la diminution du nombre de personnes en âge de travailler, pas étonnant que des entreprises se plaignent déjà de perdre des contrats3 par manque de personnel qualifié!

En résumé, il y a et aura des emplois; toutefois, ceux-ci seront différents et demanderont des compétences nouvelles, en général de niveau professionnel, collégial ou universitaire. De façon caricaturale, et si la tendance se maintient, on peut dire qu’en Estrie les directeurs, éducateurs et comptables seront heureux, tandis que les tisseurs, manoeuvres peu spécialisés et les opérateurs de scies à chaîne devront redoubler d’efforts pour trouver un emploi.

À suivre…


1Pénurie de travailleurs en Estrie, alors que je suis sans emploi ? par Caroline Morin pour L’Estrie vous engage, 25 octobre 2016
2Bulletins sur le marché du travail, Emploi-Québec Estrie, juin 2016
3L’Estrie manque de main-d’œuvre, Mélanie Noël, La Tribune, 23 septembre 2016

Extrait du blogue du site web www.lestrievousengage.com