Il circule depuis quelques semaines sur les médias sociaux une vidéo réalisée en 2006 au Québec et portant sur la discrimination, intitulée La leçon de discrimination. Cette dernière ramène au goût du jour une expérience qui fut aussi menée en d’autres temps et d’autres lieux, mais qui confirme l’influence exercée par le sentiment d’appartenance à son propre groupe social.  Vous pouvez en constater vous-même les effets en cliquant sur les liens des vidéos des deux expériences La leçon de discrimination (en français) et Blue Eyes/Brown Eyes (en anglais).

Bon visionnement!


Annie Leblanc

video-x-genericLa leçon de discrimination

Annie Leblanc, 2006, École primaire de Saint-Valérien-de-Milton, Québec, Canada

L’enseignante de 3ième année du primaire réalise une expérience qui sera filmée par l’équipe de l’émission Enjeux et diffusée sur les ondes de la télévison de Radio-Canada le 27 septembre 2006.

« La professeure, Annie Leblanc, a séparé son groupe en deux. D’un côté, les petits, de l’autre, les grands. Toute la journée, elle a favorisé systématiquement le groupe des petits. Le lendemain, elle a fait le contraire, en donnant des privilèges seulement au groupe des grands. Le but de tout cela: faire prendre conscience aux jeunes des mécanismes de la discrimination »

http://www.radio-canada.ca/actualite/v2/enjeux/niveau2_11077.shtml


 

Jane Elliott

video-x-generic L’expérience de Jane Elliott

Blue Eyes/Brown Eyes, 1968, Jane Elliott, Riceville, Iowa, USA

Jane Elliott est une institutrice aux États-Unis. Suite à l’assassinat de Martin Luther King,  elle décide de séparer son groupe de 3ième année du primaire en deux: d’un côté,  les enfants aux yeux bleus et de l’autre, ceux ayant les yeux bruns, et instaure un climat de ségrégation en favorisant tour à tour les membres d’un des deux groupes.

 


 

   Klee ou KKandinskyandisky, 1971, Henri Tajfel, USAKlee

Henri Tajfel est un survivant des camps nazis qui a voulu comprendre d’où viennent les préjugés et la discrimination. En 1971, il a mené une expérience dans une école secondaire basée sur une division du groupe selon la préférence envers les toiles de deux peintres abstraits. Tajfel a ainsi contribué au développement des concepts de catégorisation et d’identité sociale.

« Le mécanisme de catégorisation consiste à classer et donc à regrouper au sein de catégories, des individus, des groupes ou bien des événements et ce en exagérant les ressemblances entre les éléments classés à l’intérieur d’une même catégorie. Ce mécanisme permet de simplifier la réalité sociale, de la structurer et donc de mieux la comprendre. Les stéréotypes sont à la base de la catégorisation car bien souvent les traits censés être caractéristiques d’une catégorie sont issus des stéréotypes qui sont véhiculés, à propos de cette catégorie. »

 http://www.psychoweb.fr/articles/psychologie-sociale/126-categorisation-sociale-definition-et-mise-en-evi.html